Essai tonne à lisier DPAE

Toutes les actualités
essai tonne
La Cuma d’Isigny le Buat (50) a acheté en 2014 une tonne à lisier Joskin Quadra 16000 TS équipée d’une rampe à pendillards de 15 m. Elle est arrivée en complément d’une tonne Pichon déjà présente dans la Cuma. L’essai a été réalisé chez Mr Alfred Thébault, Président de la Cuma afin de vérifier le gain apporté par le DPAE et les pendillards.
L’exploitant a utilisé la tonne à lisier de la Cuma d’Isigny le Buat. C’est une Joskin Quadra 16000 TS attelée à un CaseiH CVX 160. La cuve a une capacité de 16000 litres.
Sur la photo suivante, nous pouvons situer la parcelle par rapport à la fosse à lisier.
essai tonne parcelle

La distance séparant la fosse de la parcelle est de 550 m. Les essais ont été faits sur une distance de 670 m et une largeur de 15 m correspondant aux pendillards de la tonne Joskin. La parcelle était en interculture (féveroles).
Les phases de remplissage et le temps d’accès à la parcelle ont été chronométrés pour déterminer par la suite le débit de chantier réel.

Mesures DPAE enclenché

  • 1ère mesure :
  • Les pesées ont été réalisées sur le pont bascule de la Coopérative car les pesons sont tombés en panne dès la première mesure.
  • Pesée à vide de l’ensemble : 20800 kg.
  • Temps de remplissage : 93 secondes pour 16000 litres affichés sur la console. On verra par la suite que ce volume est erroné.
  • Temps fosse=>parcelle : 110 secondes.
  • Pesée en charge de l’ensemble : 34960 kg soit un volume de 14160 litres en prenant un lisier avec une densité de 1.
  • Temps pour vider la tonne : 412 secondes.
  • Retour à la ferme pour remplir la tonne et ensuite épandre le complément pour arriver à une surface d’essai d’environ 10000 m2 (670 m x 15 m).
  • Pesée après avoir couvert 10000 m2 : 30000 kg soit un volume de 4960 litres en 100 secondes.
  • Le tracteur est équipé d’une boite de vitesse à variation continue. La priorité était donnée au régime de prise de force (1000 tr/min) car il est important de respecter cette valeur pour que la pompe centrifuge fonctionne à plein débit. La vitesse d’avancement a varié entre 5 et 6 km/h et la consigne de 20 m3/ha était validée sur la console.
  • Dose épandue sur un hectare : 14160 + 4960 = 19120 litres soit 19.12 m3/ha.


  • 2nde mesure
  • Temps de remplissage : 96 secondes pour 16000 litres affichés sur la console.
  • Temps fosse=>parcelle : 105 secondes.
  • Pesée en charge de l’ensemble : 35150 kg soit un volume de 14350 litres en prenant un lisier avec une densité de 1.
  • Temps pour vider la tonne : 420 secondes.
  • Retour à la ferme pour remplir la tonne et ensuite épandre le complément pour arriver à une surface d’essai d’environ 10000 m2 (670 m x 15 m).
  • Pesée après avoir couvert 10000 m2 : 29880 kg soit un volume de 5270 litres en 104 secondes.
  • Dose épandue sur un hectare : 14350 + 5270 = 19620 litres soit 19.62 m3/ha.

Constat

Le premier point à prendre en compte provient du taux de remplissage de la tonne à lisier. Il est d’environ de 90 % de la capacité totale de la cuve. La pompe centrifuge produit un moussage très important ce qui engendre une diminution du volume. Par contre la console indique 16000 litre dans la cuve d’où l’intérêt de réaliser des pesées. On ne peut pas aller au-delà des 90 % car une sécurité électronique stoppe le remplissage. En terme de respect de la dose, la différence entre les deux mesures est d’environ 2.6 %. C’est un résultat très acceptable sur ce type de matière à épandre. Le DPAE permet d’apporter une dose homogène entre les différents passages. Il ne faut pas oublier qu’il existe un délai d’amorçage et de désamorçage de la rampe à pendillards.

Console isobus de chez Muller Elektronik pilotant la tonne Joskin

Mesure en mode manuel

Les essais en mode manuel se sont vite arrêtés car la console nous oblige à changer de page en cours d’épandage pour accéder à la commande de la vanne de régulation. De ce fait, on se retrouve très vite à épandre des doses variant de 50 m3/ha à 25 m3/ha sachant que notre vitesse d’avancement était toujours stabiliser entre 5 et 6 km/h. En fait ce mode est très contraignant pour l’opérateur et il ne permet pas d’apporter la dose cible.

Conclusion

Les essais nous ont montré que le DPAE est capable de gérer la dose cible avec un sous dosage de l’ordre de 3 %, ce qui est correct en prenant en compte qu’il ne faut pas dépasser les +/- 5 % d’écart. De plus la rampe de pendillards nous apporte une constance dans la largeur de travail et la répartition transversale ce qui est demandée dans le cadre de l’agriculture de précision.
A contrario le mode manuel a montré très vite ces limites et ne permet pas d’apporter une dose cible. C’est le gros point faible de la console. L’utilisation est plutôt compliquée à cause de menus et sous-menus dédiés à une ou des fonctions bien précises de la tonne.
Sur cet essai on atteint un débit de chantier de l’ordre de 75 m3 à l’heure. Ce chiffre est important car nous étions sur une parcelle très proche de la fosse.

Contact : Olivier Mauduit olivier.mauduit@cuma.fr
Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

Dans le cadre du Projet RAP-ID, une demi-journée dédiée à l’agriculture de précision et l’agroécologie a été organisée le 3 septembre sur le site du SILEBAN à Gatteville-Le-Phare (50), en plein coeur

Lire la suite de l'article

Une sixième vidéo sur le pâturage vient compléter la série "Agroéquipements & Agroécologie"

Lire la suite de l'article

Le Projet RAP-ID est engagé dans un atelier technique dans le cadre d'une demi-journée "Champs d'Innovation" organisée sur le site du SILEBAN à Gatteville-Le-Phare (50).

Lire la suite de l'article