Bien conserver – Bien Valoriser

Silos ensilage
Orne Conseil Elevage propose un Silo Scan pour connaitre la qualité de conservation du silo.
Olivier Leray, référent-chef produit fourrage à Calvados Conseil Elevage, apporte son point de vue sur l’ensilage de maïs Le taux de perte d’un silo de maïs est en moyenne estimé à 10 % (5 à 20%). Ces pertes ont lieu pour une petite partie au champ et sur la route avec le trop plein des bennes au chargement ou le transport. Elles concernent aussi les pertes par volatilisation, lors de la chute de pH ; par les jus, lorsque le taux de MS est inférieur à 30% ; à la reprise, suite à la reprise de fermentation au cours de l’hiver qui se traduit par des moisissures.

1- Procéder à une observation du niveau de remplissage des grains :

Pour permettre d’estimer la maturité de la plante. A la période optimale de récolte, les trois amidons (laiteux, pâteux et vitreux) sont répartis en trois tiers de la couronne centrale. Le choix du stade 32 - 35 % de teneur en MS est donc un compromis entre le rendement, la composition de la plante, la qualité du chantier, la conservation de l’ensilage et le niveau d’ingestion.

2- Limiter les risques acidogènes :

Avec des variétés de maïs de plus en plus digestibles, les risques acidogènes sont accrus. Il faudra alors être très rigoureux sur la finesse de hachage et la complémentation azotée. Le tamis secoueur d’Arvalis est un outil efficace pour juger la finesse de hachage Les gros morceaux (>2cm) gêne le tassement et provoquent des refus à l’auge. Le pourcentage de particules moyennes (1 à 2 cm) est directement en lien avec la taille de coupe de la machine. L’objectif est d’avoir 15 à 20% de particules. On sera particulièrement attentif dans la fraction fine à l’absence de « poil de chat » (tiges défibrées) et sur l’éclatement du grain. Trop fin, c’est acidogène, pas assez, c’est une sous valorisation de la ration.

3- Prévoir un avancement rapide du front d’attaque :

Les pertes interviennent surtout au niveau du front d’attaque lors de l’utilisation du silo. Il faut donc veiller à avancer le front plus vite que la reprise des fermentations. On retient généralement : 15 cm par jour en hiver et 25 cm en été. La largeur et la hauteur du silo doivent être adaptées à cette vitesse de consommation. La hauteur idéale du point de vue du tassage est de l’ordre de 2,5 m. Pour un troupeau de 60 VL consommant 14 kg de MS, il faut 840 kg de MS soit environ 3,8 m 3 par jour. Avec une hauteur de 2,5 m et 0,15 m de profondeur, la largeur est de 10 m. Pour limiter les déplacements le long du front d’attaque, on peut augmenter la profondeur de prélèvement. L’idéal est de parcourir le front d’attaque en 3 jours.

4- Veiller aux tracteurs et à la couverture du silo

Il convient d’avoir un silo et des tracteurs tasseurs propres. Les chauffeurs doivent vider leur benne à même le béton. Cela évite de ramener de la terre dans le silo ce qui augmente le nombre de spore s butyriques néfastes à la bonne conservation d’un silo. La couverture du silo devra intervenir le plus rapidement possible après la fin du tassage. Une technique récente fait ses preuves : le double bâchage avec une bâche 4 0 micron s (bâche transparente) permettant de se coller au mieux à la surface du silo et limitant rapidement les échange s gazeux et une bâche plastique plus robuste (150 microns) sécurisant la couverture et limitant encore un peu plus les échanges gazeux.

Partenaires