Bien régler sa moissonneuse pour optimiser les performances

moissonneuse
Les agriculteurs font le nécessaire tout au long de l’année pour s’assurer de la meilleure récolte possible. Le choix de l’itinéraire techniques au départ, le suivi de la culture tout au long de l’année sont des points clés du rendement final de vos cultures. Il serait dommage d’oublier la dernière étape et non moins importante : la récolte. Un mauvais réglage de la moissonneuse peut gâcher tous les efforts d’une année de culture. Pour cela les salariés des Cuma Bas-Normandes se forment aux côtés de Nicolas THIBAUD expert et spécialiste récolte. Retour sur quelques points évoqués en formation et éléments clés des réglages de la moissonneuse batteuse.

La coupe, un élément de haute technicité

A minima la moitié des problèmes liés au réglage se jouent sur la coupe. Premier point, la vitesse de la vis de fond de coupe. En effet elle peut être réduite sur certains modèles (20 km/h), et c’est une possibilité qui est trop souvent ignorée. Elle est possible sur 80% des machines. L’objectif est de limiter l’égrainement (surtout en colza), l’enroulement autour de la vis et d’avoir une bonne alimentation.
Il est également préférable de privilégier une profondeur de lamier courte ou à défaut l’équiper d’un tapis pour minimiser le temps de prise en charge de la matière.

Batteur et contre batteur le cœur de la machine

Le battage doit être une opération assez agressives pour ne pas produire d’imbattus, mais pas trop pour ne pas provoquer la casse des grains. Il faut être vigilant sur le régime du batteur, si il est trop important l’effet de choc est augmenté (casse de grains), et cela entraîne un mauvais battage car la végétation passe trop vite. Le régime minimum du batteur est réglé en fonction de l’espèce et du diamètre du batteur.
Le contre batteur, pièce maitresse de la moissonneuse, puisque les deux tiers de la récolte passe dans le premier tiers du contre batteur. Deux points de vigilance, l’écartement entre batteur et contre batteur doit respecter le principe de la convergence avec une ouverture deux fois plus grande à l’avant qu’à l’arrière. L’espacement maximum à l’arrière en battage conventionnel ou au point le plus bas du contre batteur en axial doit être fonction de la taille du grain avec une majoration d’1mm. Le choix de la grille se fera selon le type de culture à récolter, avec par exemple un faible espacement entre fil pour les petites graines.

Des économies en perspectives pour les Cuma et un gain pour les adhérents

Les salariés auront donc échangé avec notre expert lors de cette première journée de formation et pourront optimiser les réglages lors de cette récolte 2014. Par exemple une baisse de la vitesse du batteur de 150 tour/min correspond en effet à une réduction de la consommation de 3 à 5 litres par hectare. Les réfactions sont minorées et le débit de chantier s’améliore, etc. . Cette formation proposée par la Fédération des Cuma pour les salariés de Cuma permettra aux adhérents des Cuma moissons de bénéficier d’un service de qualité avec les bénéfices évoqués ci-dessus.

Partenaires