Un groupe tracteur en cuma pour baisser les charges de mécanisation dans les exploitations!

Tracteur grosse puissance
L’investissement dans les outils de plus grande largeur ou de plus gros volume (TAL18000L…) pour améliorer les débits de chantier, oblige à plus de puissance dans les exploitations. Investir dans un tracteur de 180cv en individuel pour 100h, 300h voir plus par an sans forcément revendre le matériel déjà présent que l’exploitation entraine le suréquipement et une charge financière supplémentaire.


Avec 3, 5, 7 adhérents, un groupe tracteur 160-180cv peut arriver à démarrer avec 500h (20-22€/heure hors GNR), notamment grâce aux aides du Conseil Régional et permettre à la Cuma de mettre le pied à l’étrier dans ce projet.

A partir de l’idée du groupe motivé, la Fédération des Cuma accompagne le groupe en approchant les heures de tracteur nécessaires sur chaque exploitation, dont un repère sur les besoins de tracteur forte puissance à l’aide de l’outil MECAFLASH à partir des assolements, des travaux de récolte, d’épandage et d’élevage. Mécaflash donne aussi un objectif de charges de mécanisation optimum à atteindre.
C’est le cas des Cuma de Ouville, de la Blanchardière dans la Manche. En voulant répondre aux attentes des adhérents, ces Cuma vont réfléchir également au matériel trainé ce qui rendra le tracteur plus attractif.

Parmi les charges de mécanisation dans les exploitations polyculture élevage, y compris les grandes exploitations laitières et les exploitations système herbe (études menées par la Fédération des Cuma en 2011 et 2012), le poste traction avec le carburant représente plus de 60% des charges de mécanisation.

C’est justement le tracteur de forte puissance, utilisé que pour 25% des heures, qui représente 60% des coûts. Un raisonnement à avoir en cas de renouvellement dans les exploitations, vu les prix d’achat des matériels aujourd’hui, afin d’utiliser au mieux la puissance sur l’exploitation Le groupe Cuma tracteur a toute sa place. Aujourd’hui, on compte, 272 tracteurs en Cuma en Basse Normandie. Ensuite progressivement peut arriver la réflexion du tracteur chauffeur pour optimiser les chantiers.


Partenaires